Commission des Femmes

Nous pensons que les femmes sont la force du changement. Nous croyons dans l’égalité complète entre les femmes et les hommes dans les domaines politique, social et économique. Nous sommes la voix des femmes de l’Iran.
Nous menons de très nombreuses activités avec les femmes à travers le monde et maintenons un contact permanent avec les femmes à l’intérieur de l’Iran. Nous sommes engagées dans le combat contre les violations des droits des femmes en Iran.

CNRI Femmes - Une conférence pour la Journée internationale des femmes s'est tenue à Bucarest, en Roumanie, le 28 février 2017 dans laquelle un hommage a été rendu aux femmes de la Résistance iranienne.

 

Co-présidée Mme Anda Abicolisi, présidente de l'association Ashraf et M. Romeo Nicoara, député et président du Comité des élus roumains pour un Iran libre, la conférence a accueilli des députées, des personnalités politiques et des militants des droits humains, ainsi que des personnalités de l'opposition syrienne et des sympathisants de la Résistance iranienne.

 

Les panelistes ont salué le 8 Mars et dénoncé les crimes du régime des mollahs en Iran, en particulier la répression des femmes et la discrimination institutionnalisée dont elles sont victimes. Les intervenants ont affirmé leur soutien à la lutte de la Résistance iranienne et au plan en 10 points de la présidente élue de la Résistance, Maryam Radjavi.

 

  1. Romeo Nicoara a ouvert les travaux en rappelant les cinquante années de lutte sans répit pour la liberté et la démocratie menées par les Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) principale opposition démocratique au régime des mollahs. «Aujourd'hui, a-t-il affirmé, cette lutte se poursuit dans le contexte d'une coalition plus vaste appelée Conseil national de la résistance iraniene (CNRI), présidée par Mme Maryam Radjavi . Elle vise à mettre en oeuvre le plan en dix points dont le contenu est totalement compatible avec les conventions internationales sur les droits humains.»

 

Maria Gercea, militante des droits des femmes et ancienne députée, a également pris la parole. «Je suis une militante des droits des femmes et c'est la raison pour laquelle je suis aux côtés de la Résistance iranienne. Il faut mettre fin à ce qui passe au Moyen-Orient contre les droits des femmes. Nous ne devons pas avoir peur et nous devons rester unies. Par exemple, plus de 3000 réfugiés ont été bloqués au Camp Liberty, mais avec les efforts continus et efficaces de la Résistance iranienne, de ses partisans et des parlementaires, ils ont réussi à être transférés en Europe. D'ici, je salue Mme Maryam Radjavi que j'ai eu plaisir de rencontrer. C'est une dirigeante unique en son genre avec une énergie et un pouvoir merveilleux. Elle est très impressionnante. Je soutiens son plan en 10 points pour l'Iran de demain. »

 

Florika Korkesh, députée roumaine, a elle aussi salué Mme Radjavi dans son discours : « C'est une femme qui a de la force tout en faisant preuve d'une grande sensibilité et d'attention. Elle peut être un bon modèle pour toutes les femmes du monde et elle peut être la plus efficace pour motiver les femmes au poste de leadership, en particulier parce qu'elle vient d'un pays qui ne reconnaît pas les droits des femmes. »

 

Mara Marsh, vice-présidente du la commission sur l'égalité des femmes et des hommes au parlement roumain, a déclaré : « Je sais qu'il est difficile de lutter pour la liberté, mais je suis sûre que vous y parviendrez. Le progrès de toute société passe par le respect des droits des femmes. Partout où les droits des femmes sont respectés, la société progresse. Tout pays qui respecte les droits des femmes est démocratique et tout pays qui restreint les droits des femmes n'est pas démocratique. La démocratie est une fausse prétention dans ce genre de pays. Notre rôle dans cette commission est de montrer que les femmes d'Iran et de Roumanie peuvent jouer un rôle pour l’égalité dans tous les domaines. Je suis à vos côtés et je soutiens vos objectifs. »

 

Anda Abicolisi, avocate et présidente de l'Association Ashraf en Roumanie, s'est penchée sur les lois discriminatoires en Iran et sur la manière dont les femmes sont privées d’égalité avec les hommes. «J'ai appris des femmes iraniennes la capacité à mener une résistance organisée, après avoir rencontré des membres de cette résistance dirigée par des femmes. Plus de 3 000 résistants étaient réfugiés en Irak et vivaient dans la cité d'Achraf. Ils ont été transférés au camp Liberty en 2012. Le camp était situé dans une zone désertique avec des baraquements à moitié détruits. Mais ces femmes et ces hommes ont travaillé dur jour et nuit pour transformer le camp Liberty en un lieu fleuri et habitable grâce à leur propre détermination et malgré les moyens minimaux existant dans ce camp. Liberty a essuyé plusieurs attaques à la roquette, mais ils n'ont pas baissé les bras et ont reconstruit. Ils sont pour tous une source d'inspiration, en particulier pour les Syriens qui vivent en Roumanie, afin de reconstruire la Syrie après la libération. »

Partagez

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn