Commission des Femmes

Nous pensons que les femmes sont la force du changement. Nous croyons dans l’égalité complète entre les femmes et les hommes dans les domaines politique, social et économique. Nous sommes la voix des femmes de l’Iran.
Nous menons de très nombreuses activités avec les femmes à travers le monde et maintenons un contact permanent avec les femmes à l’intérieur de l’Iran. Nous sommes engagées dans le combat contre les violations des droits des femmes en Iran.

Articles

sport féminin

Aucun sponsor ne soutient l'équipe féminine iranienne du futsal qui a récemment remporté la Coupe d'Asie. C'est l'un des principaux problèmes auxquels est confronté le sport féminin.

femmes iraniennes

Les femmes iraniennes ont manifestement un impact important sur la nouvelle vague de protestations qui a balayé le pays, surtout au cours de la semaine dernière, à tel point que le Corps des gardiens de la révolution du régime a été contraint de s'exprimer sur le sujet.

Révolution constitutionnelle

Le 5 août marque l'anniversaire de la Révolution constitutionnelle de 1906 en Iran ; une révolution qui visait à établir la démocratie, la primauté du droit, un parlement composé des élus du peuple, et à pousser l'Iran vers le progrès.

Prisonnières politiques

Des prisonnières politiques, Maryam Akbari Monfared et Golrokh Iraee, rendent hommage aux victimes du massacre de 1988.

Dans une lettre ouverte envoyée du quartier des femmes de la prison d'Evin à l'occasion du 30e anniversaire des massacres de 30.000 prisonniers politiques en Iran en 1988, deux prisonnières politiques, Maryam Akbari Monfared et Golrokh Iraee soulignent qu’il est " du devoir de tout Iranien de préserver les évènements des massacres des années 1980 dans les pages de l'histoire iranienne ".

Les femmes du monde entier soutiennent la lutte des femmes iraniennes pour la liberté

Les femmes du monde entier soutiennent la lutte des femmes iraniennes pour la liberté, comme cela a été exprimé lors du grand rassemblement annuel de la Résistance iranienne qui s'est tenu à Paris le dimanche 30 juin 2018.

Le judiciaire iranien n’est pas indépendant, conteste une avocate en prison

Une célèbre avocate des droits de l’Homme, Nasrin Sotoudeh, conteste la dépendance du judiciaire iranien. Dans une lettre depuis la prison d’Evin, elle explique la raison de son arrestation et formule ses positions pour informer ses compatriotes.

Zeinab Jalalian fustige les mollahs pour leur hypocrisie

Zeinab Jalalian a récemment envoyé une lettre de la prison de Khoy (la province de l'Azerbaïdjan occidental, nord-ouest de l’Iran). Cette prisonnière politique kurde condamnée à perpétuité, emprisonnée depuis 11 ans dans des conditions inhumaines, torturée cruellement lors des interrogatoires, a écrit pour déjouer la campagne de propagande mensongère du régime qui prétend qu’elle reçoit des soins médicaux en prison.

Le 25 mai 2018, une prisonnière politique, Atena Daemi, a envoyé une lettre depuis la prison d'Evine en Iran dans laquelle elle condamne la peine de mort et toutes les formes de violence. Elle y aborde également le cas d’un autre prisonnier politique, Ramin Hossein Panahi, et de la persécution de sa famille.

CNRI Femmes – « Des prisonnières d'opinion de la communauté religieuse iranienne des derviches de Gonabadi sont victimes de violences verbales, notamment d'insultes sexuelles, et se voient refuser un traitement médical approprié par des médecins et autres professionnels de la santé à la prison de Shahr-e Rey, dans la banlieue de Téhéran », a déclaré Amnesty International dans un communiqué publié le 25 mai 2018.

La prisonnière politique Golrokh Ebrahimi Iraee en Iran, qui a mis fin à sa grève de la faim de 81 jours le 24 avril 2018, a été renvoyée à la prison d'Evine, comme elle l'avait réclamé. Voici des extraits de la première lettre qu'elle a envoyée après son retour à Evine.

Elle commence par saluer la mémoire de Farzad Kamangar, enseignant kurde exécuté le 9 mai 2010, avec quatre autres prisonniers politiques kurdes. Le reste de sa lettre est rempli de gratitude envers celles et ceux qui l'ont soutenue pendant sa grève de la faim et de promesses de poursuivre sa lutte pour un Iran libre.

Voici des extraits de sa lettre ouverte :

C'est une période tumultueuse. Chaque gorge qui crie est percée de balles.

On doit gémir à l'intérieur. Nous devons crier à l'intérieur de nous-mêmes.

Nos mains cherchent, mais plus elles le font, moins elles trouvent l'avenir pour lequel, depuis plus d'un siècle, nous nous sacrifions, mettant nos vies en jeu et nos cous dans le nœud coulant.

Parce que celles et ceux qui s'engagent sur ce chemin ne sont pas nombreux, et que les autres préfèrent se taire pour ne pas perdre la tête.

C’est pourquoi, se trouver dans cette sinistre prison est le plus grand honneur. Nous ferions mieux de monter sur nos chevaux sellés et partir vers notre destinée.

Je suis reconnaissante à chacun d'entre vous, même si ma gratitude ne peut être exprimée par des mots. Votre soutien m’a donné de l'énergie et de la puissance dans tous les jours difficiles que j'ai traversés.

J'espère être digne de prendre vos mains et de marcher avec vous sur ce chemin tortueux qui mène à un avenir libre, à la liberté des prisonniers politiques comme Zeinab (Jalalian) et de Ramine (Hossein Panahi), et à une société où il n'y aura plus de pauvreté, plus de censure.

En dehors de mes camarades et de mes proches qui m'ont soutenue, je suis également reconnaissante à toutes les prisonnières de la prison de Qerchak à Varamine, qui se sont tenues à nos côtés, Athena et moi, et qui ont partagé leurs expériences avec nous.

Ces chères amies étaient elles-mêmes victimes de pauvreté et de discrimination, victimes de la répugnante différence de classe sociale, victimes du manque de conscience et victimes de lois draconiennes, irrationnelles et archaïques.

Chacun d'entre elles pourrait écrire un chapitre entier du livre des maux de cette société explosive.

Ayant ressenti leurs douleurs, je suis de plus en plus déterminée à apporter ce changement majeur qui n'était qu'un murmure hier, mais qui aujourd'hui est un tumulte qui secoue tout le pays.

Golrokh Ebrahimi Irayi

20 mai 2018

Quartier des femmes de la prison d'Evine