Commission des Femmes

Nous pensons que les femmes sont la force du changement. Nous croyons dans l’égalité complète entre les femmes et les hommes dans les domaines politique, social et économique. Nous sommes la voix des femmes de l’Iran.
Nous menons de très nombreuses activités avec les femmes à travers le monde et maintenons un contact permanent avec les femmes à l’intérieur de l’Iran. Nous sommes engagées dans le combat contre les violations des droits des femmes en Iran.

Articles

La féminisation de la pauvreté

La Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, le 17 octobre, offre l'occasion de jeter un coup d'œil sur l'ampleur et la féminisation de la pauvreté en Iran.

L'Iran est un pays assis sur une mer de pétrole. Ce pays détient les deuxièmes plus grandes réserves de gaz naturel au monde. Ses ressources naturelles sont abondantes et le pays a accès à la haute mer au nord et au sud. Pourtant, plus de 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et la classe moyenne a pratiquement disparu.

les filles en Iran

Les filles en Iran sont les victimes les plus innocentes du régime médiéval des mollahs. L'agression sexuelle d'une fillette kurde de 7 ans et son assassinat à la veille de la Journée internationale de la petite fille est un triste exemple de la situation déplorable des petites filles en Iran.

Le 8 octobre 2018, à Sanandaj, capitale de la province du Kurdistan (nord-ouest de l’Iran), une petite fille kurde, Donya Veisi, est morte sous les décombres du mur de son école qui s’est effondré, ont indiqué les médias officiels.

seuil de pauvreté

CNRI Femmes – Les enseignants en Iran vivent sous le seuil de pauvreté et ne bénéficient d’aucune forme de soutien. Ils comptent se faire entendre le 5 octobre, lors de la Journée mondiale des enseignants, journée qui vise à honorer leurs efforts et leur impact sur l'esprit des jeunes générations.

Les femmes représentent plus de la moitié des enseignants en Iran. Elles vivent de salaires bien inférieurs au seuil de pauvreté et sont en même temps confrontées à de nombreuses discriminations sociales et juridiques en raison de leur sexe. Malgré une énorme pression de travail, elles ne reçoivent pas de salaire équitable.

L'analphabétisme

L'éducation est obligatoire et gratuite dans la plupart des pays du monde pour les 6-14 ans, l'UNESCO ayant souligné la nécessité d'une éducation obligatoire pour les enfants.

 femmes

La lutte du mouvement d'opposition iranien est menée par des femmes altruistes qui ont tout sacrifié dans leur propre vie pour se consacrer entièrement à la quête de la liberté et de la démocratie. Au fil des ans, ces femmes ont pris la tête du mouvement et jouent un rôle crucial dans les principaux tournants de son Histoire. Le 1er septembre 2013 a été l’un de ces tournants.

esclavage sexuel

CNRI Femmes - Les médias officiels iraniens ont pour la première fois révélé l’existence d’abus sexuels sur les femmes et le recours à l'esclavage sexuel dans l'industrie touristique en Iran.

sport féminin

Aucun sponsor ne soutient l'équipe féminine iranienne du futsal qui a récemment remporté la Coupe d'Asie. C'est l'un des principaux problèmes auxquels est confronté le sport féminin.

femmes iraniennes

Les femmes iraniennes ont manifestement un impact important sur la nouvelle vague de protestations qui a balayé le pays, surtout au cours de la semaine dernière, à tel point que le Corps des gardiens de la révolution du régime a été contraint de s'exprimer sur le sujet.

Révolution constitutionnelle

Le 5 août marque l'anniversaire de la Révolution constitutionnelle de 1906 en Iran ; une révolution qui visait à établir la démocratie, la primauté du droit, un parlement composé des élus du peuple, et à pousser l'Iran vers le progrès.

Prisonnières politiques

Des prisonnières politiques, Maryam Akbari Monfared et Golrokh Iraee, rendent hommage aux victimes du massacre de 1988.

Dans une lettre ouverte envoyée du quartier des femmes de la prison d'Evin à l'occasion du 30e anniversaire des massacres de 30.000 prisonniers politiques en Iran en 1988, deux prisonnières politiques, Maryam Akbari Monfared et Golrokh Iraee soulignent qu’il est " du devoir de tout Iranien de préserver les évènements des massacres des années 1980 dans les pages de l'histoire iranienne ".