Commission des Femmes

Nous pensons que les femmes sont la force du changement. Nous croyons dans l’égalité complète entre les femmes et les hommes dans les domaines politique, social et économique. Nous sommes la voix des femmes de l’Iran.
Nous menons de très nombreuses activités avec les femmes à travers le monde et maintenons un contact permanent avec les femmes à l’intérieur de l’Iran. Nous sommes engagées dans le combat contre les violations des droits des femmes en Iran.

Intervention lors d'une table ronde intitulée « Les femmes au leadership, l'expérience de la Résistance iranienne» - Tirana, 8 Mars 2017 Je suis dans une position inhabituelle, dans une certaine mesure, parce que je vis dans un pays qui n'a pas été envahi depuis plus de mille ans, où les femmes bénéficient du droit de votes depuis le plus long temps au monde, presque le  plus longtemps. Où nous sommes libres.

La liberté est relative. Nous parlons de liberté comme une sorte d'absolu; or elle ne l’est pas. C'est relatif. Elle se développe tant sous forme de concept que de réalité. Et je pense que je suis libre maintenant. Je viens du Royaume-Uni. J'ai un passeport de citoyenne européenne. Je suis aussi libre que n'importe qui dans ce monde peut l’être, mais je ne suis pas entièrement libre. Je ne suis pas entièrement libre de mon histoire, de mes liens familiaux, de mes mœurs culturelles, ce sont des choses qui dans un certain sens, me restreignent et dans un autre sens, me libèrent.Nous vivons tous dans des circonstances légèrement différentes. Et quand je regarde les expériences et les circonstances de tellement d'entre vous et quand je regarde les photos de celles qui sont mortes, et je regarde les visages de celles qui ont survécu, je reconnais que mon expérience est assez limitée, pas seulement parmi mes hôtes iraniens mais aussi vis-à-vis des autres personnes venues de l’étranger. Nous avons Iveta Radicova veant d'une partie de l'Europe qui, jusqu'à il y a plus de 20 ans, était également sous une dictature. Ces choses sont récentes pour beaucoup d'entre nous.Donc, nous sommes toutes issues de points de vue légèrement différents et de lieux légèrement différents, mais mon point de vue et la raison pour laquelle je fais ce point c’est pour que vous sachiez combien je me satisfait de ma liberté en tant que Britannique. Parce que je la prends pour acquise, absolument. Je prends pour acquis que je peux dire quelque chose de politique tant que cela n'incitera pas la haine contre quelqu'un d'autre.Alors, où est-ce que je me trouve maintenant? Eh bien, je me trouve dans un monde qui change.   Nous vivons dans un monde où les gens cherchent des excuses pour haïr, des raisons de créer des obstacles. Pourquoi? C'est vraiment la grande question. Quelle est leur motivation?Je pense que c'est le pouvoir, de même que la motivation des mollahs en Iran est le pouvoir, le contrôle et la répression.Et je regarde autour de moi et je vois que l'une des raisons pour lesquelles les gens du monde développé sont plus faciles à manipuler c’est parce que nous avons réussi à créer la haine de l'islam. Et c'est pourquoi, chères amies, vous avez une tâche encore plus grande.Vous avez la tâche importante de reprendre votre pays et de donner à votre peuple la liberté. Mais vous avez une tâche encore plus grande parce que vous avez une énorme responsabilité de montrer à des pays comme le mien que les femmes ont une place dans l'islam. Elles ont une place au sommet, à la direction. Ils n'ont pas de place pour servir les hommes.Vous êtes la seule organisation que j'ai rencontrée, où c'est le cas.Hier, j'ai demandé pourquoi vous portez un foulard alors que dans votre programme, vous dites que les femmes doivent pouvoir porter ce qu’elles veulent. C’était étrange pour moi! Je me suis demandée pourquoi?Et la réponse a été, parce que c'est un symbole de notre résistance à ceux qui disent que nous devons le porter. Je pense que c'est un argument merveilleux et qui m'a été très bien expliquée.Et je vous salue vraiment et je vous donne cette responsabilité supplémentaire que vous devez non seulement libérer votre propre pays et vos compatriotes, mais vous devez également libérer l’Occident de sa complaisance et de sa tendance croissante à croire que l'islam est mauvais.Je ne suis pas fier de la façon dont mon pays a traité votre organisation, mais j'espère pouvoir partir d’ici aujourd'hui avec l’objectif de pouvoir travailler avec d'autres personnes que j'ai rencontrées afin d’essayer de veiller à ce que nous envoyions ce message très clairement. Vous avez en tant que femmes  une énorme responsabilité, mais moi et bien d'autres, nous serons là pour vous soutenir.     

Partagez

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn