Commission des Femmes

Nous pensons que les femmes sont la force du changement. Nous croyons dans l’égalité complète entre les femmes et les hommes dans les domaines politique, social et économique. Nous sommes la voix des femmes de l’Iran.
Nous menons de très nombreuses activités avec les femmes à travers le monde et maintenons un contact permanent avec les femmes à l’intérieur de l’Iran. Nous sommes engagées dans le combat contre les violations des droits des femmes en Iran.

Infos des Femmes

Université de Téhéran

CNRI France – La cour d’appel de la province de Téhéran a confirmé la peine de 3,5 ans de prison infligée à Leila Hosseinzadeh, étudiante militante de l'université de Téhéran. Il lui est également interdit de quitter le pays pendant deux ans.

Leila Hosseinzadeh, secrétaire du Conseil central des étudiants de l'université de Téhéran, a été arrêtée lors des soulèvements nationaux de janvier 2018 et libérée sous caution au bout d’un certain temps.

Rythme alarmant des divorces en Iran, selon des responsables iraniens

CNRI Femmes - Le ratio mariages-divorces est le signe d'une situation inquiétante en Iran. Les responsables du régime iranien disent que le nombre de divorces en Iran est en alerte rouge.

Le directeur de l'Association iranienne d'aide sociale, Seyed-Hassan Moussavi-Chalek, affirme qu'il y a eu un divorce pour 8 mariages en Iran en 2008. En 2018, cependant, il y a un divorce pour 3,1 mariages. Le nombre de divorces en Iran est très préoccupant, si bien qu'en 2017, le divorce figurait parmi les cinq problèmes sociaux les plus urgents, au même titre que la toxicomanie, le chômage, la corruption morale et les bidonvilles, selon l'agence de presse Tasnim du 15 juin 2019.

L'une des raisons du nombre croissant de divorces en Iran est le nombre croissant de mariages précoces, conséquence de la pauvreté qui prévaut dans le pays.

Une infirmière meurt d'insuffisance cardiaque pendant son service en Iran

CNRI Femmes - Une infirmière est décédée d'une insuffisance cardiaque pendant son service dans un hôpital de l'ouest de l'Iran.

Sheïda Gueravand était infirmière dans un hôpital de Cherdaval, dans la province d'Ilam. En raison de complications juridiques, l'Organisation nationale des soins infirmiers a refusé d'expliquer la raison du décès de cette infirmière devant le Bureau de la médecine légale, a indiqué l'agence de presse ILNA, dans une dépêche datée du 21 juin 2019.

Des milliers d'Irano-américains rassemblés à Washington pour un Iran libre

CNRI Femmes - De nombreuses femmes étaient parmi les milliers d'Irano-américains qui se sont rassemblées à Washington D.C. le vendredi 21 juin 2019 pour déclarer leur soutien aux manifestations contre le régime en Iran et au plan en 10 points de la dirigeante de l'opposition iranienne Maryam Radjavi.

L'événement a commencé par un grand rassemblement devant le siège du département d'État américain, puis les participants en faveur d’un Iran libre se sont dirigés vers la Maison-Blanche.

Anisha Assadollahi de nouveau arrêtée en Iran par 12 agents

CNRI Femmes - La militante ouvrière Anisha Assadollahi a été arrêtée de nouveau dans la rue en Iran par 12 agents des services de renseignement, le Vevak, le mardi 18 juin 2019.

Elle avait récemment été libérée sous une caution faramineuse après avoir été arrêtée lors d'une manifestation de protestation pour la fête du Travail le 1er mai à Téhéran.

Mardi soir, 18 juin, douze agents du renseignement ont interpellé Anisha Assadollahi alors qu'elle marchait dans la rue. Ils l'ont emmenée chez son père puis chez son frère, fouillant et saccageant les lieux et confisquant leurs ordinateurs portables.

Fatemeh Nassiri exécutée à la prison de Gohardacht en Iran

Fatemeh Nassiri est la 89e femme pendue sous la présidence de Rohani en Iran

Une femme du nom de Fatemeh Nassiri et un homme ont été exécutés dans la matinée du mercredi 19 juin 2019 à la prison de Gohardasht (Rajai-Shahr) à Karaj, en banleiue de la capitale iranienne.

CNRI Femmes - Un groupe important de retraités et d'anciens salariés de la fonction publique en Iran se sont réunis pour exiger leurs salaires impayés. Les femmes ont participé activement à cette manifestation.

La manifestation des retraités a eu lieu le mardi 18 juin 2019, en face du parlement des mollahs à Téhéran. Les retraités protestataires ont exigé l’application précise de la loi sur la gestion des services publics, l'équilibre et l'augmentation de leurs pensions, ainsi que l'amélioration de la qualité des services médicaux et d'assurance.

Trois militantes des droits des femmes convoquées par le parquet en Iran

CNRI Femmes - Trois militantes des droits des femmes en Iran, Maryam Mohammadi, Esrine Derkaleh et Narguesse Khorrami ont été convoquées au parquet de la prison d'Evine à Téhéran.

Des agents des services de renseignements se sont introduits par effraction au domicile de Maryam Mohammadi le dimanche 16 juin 2019. Après une fouille approfondie de la maison, ils ont confisqué ses deux téléphones et lui ont dit de se présenter au bureau du procureur de la prison d'Evine le mardi 18 juin 2019. Comme Mme Derkaleh n'était pas à la maison, ils ont remis sa convocation à Mme Mohammadi.

Des funérailles montrent la résilience des femmes en Iran

CNRI Femmes - Des femmes en Iran ont transformé les funérailles du prisonnier politique Alireza Shir-Mohammad-Ali en appel à la justice pour les victimes innocentes des persécutions en Iran.

Le vendredi 14 juin 2019, les funérailles et l'inhumation du prisonnier politique Alireza Shir-Mohammad-Ali ont eu lieu au cimetière Behecht-e Zahra dans le sud de Téhéran.

Ce prisonnier politique de 21 ans a été sauvagement poignardé à mort le 10 juin 2019, selon un plan prémédité par deux détenus recrutés par les autorités du pénitencier du Grand Téhéran, connu sou le nom de Fashafouyeh.

Le mariage forcé, une cause de suicide chez les jeunes femmes en Iran

CNRI Femmes - Selon les informations du mois dernier, le mariage forcé est l'une des causes de suicide chez les jeunes femmes iraniennes qui, en l'absence de tout soutien juridique, ne trouvent comme seul moyen de s'en sortir qu’en mettant fin à leurs jours. Voici deux histoires tragiques :

Le mercredi 5 juin 2019, Souma Khedri, 19 ans, a mis fin à sa vie en prenant des médicaments toxiques. Souma, qui vivait dans le village de Kiyouleh près de la ville de Baneh (ouest de l'Iran), avait été contrainte de se marier de force avec un parent contre sa propre volonté. La famille de Souma Khedri a refusé de remettre son corps au bureau du de la médecine légale.

Dans une autre nouvelle sur un mariage forcé dans la ville de Piranchahr, Sara Esmaïli, 17 ans, qui avait été forcée d'épouser un parent, a mis fin à ses jours le vendredi 31 mai 2019, dans le village de Pasveh.