Commission des Femmes

Nous pensons que les femmes sont la force du changement. Nous croyons dans l’égalité complète entre les femmes et les hommes dans les domaines politique, social et économique. Nous sommes la voix des femmes de l’Iran.
Nous menons de très nombreuses activités avec les femmes à travers le monde et maintenons un contact permanent avec les femmes à l’intérieur de l’Iran. Nous sommes engagées dans le combat contre les violations des droits des femmes en Iran.

Mahnaz Farahani est une jeune architecte qui a fait connaissance avec la Résistance iranienne tout en étudiant à l'université. Elle a l'air calme et gentille. Son beau sourire et ses mots à la voix douce captivent l'attention.

C'est son histoire avec ses propres mots. J'avais 17 ans quand j'ai été admise au collège. J'étais passionnée et éprise de compétences pratiques dès mon plus jeune âge. C'était ma motivation principale pour choisir l'ingénierie architecturale comme ma priorité . J'ai terminé mes études de premier cycle au Shariati College de Téhéran et j'ai été embauchée comme consultante pour la rénovation des écoles iraniennes. Pendant mon travail, j'ai également postulé pour des études supérieures et j'ai été acceptée a l'Université d'Ispahan. J'ai fait connaissance avec les Moudjahidine (OMPI / MEK) par l'intermédiaire d'un de mes collègues au travail. Jusque-là, j'avais seulement entendu la propagande empoisonnée du régime iranien contre les Moudjahidine. À l'époque, les ressources Internet étaient très limitées et de nombreux réseaux sociaux filtrés, ce qui rendait la diffusion des informations provenant du monde extérieur très difficiles. Ma persévérance, cependant, m'a aidé à avoir accès à la télévision par satellite des Moudjahidine. Cela s'est transformé en une association permanente à mesure que je faisais connaissance avec un groupe de personnes qui représentait un nouveau monde. Quitter mon ancienne vie et entrer dans la nouvelle direction exigeait un prix important. Pour moi, ce prix consistait à laisser derrière moi mes deux uniques biens les plus précieux de ma vie: mon père et ma mère. L'amour de mon père et le soutien sans fin de ma mère étaient mes meilleurs soutiens fiables. Les laisser derrière pour rejoindre les Moudjahidine a été très difficile. J'ai dû faire un sacrifice majeur. Mais rejoindre la résistance et se battre pour la liberté est impossible sans faire de tels sacrifices. C'était extrêmement difficile mais j'étais déterminée. Pour rendre cet "au revoir" plus facile, j'ai décidé de tout dire dans une lettre à mes parents. Dans la lettre, j'ai promis de les revoir, mais dans un Iran libre. J'ai laissé la lettre dans un endroit sûr pour qu'ils puissent la lire. Ce fut une belle journée d'automne, le 3 novembre 2007, avec plusieurs amis, nous avons quitté nos maisons en Iran vers le camp d'Achraf en Irak, et nous avons commencé notre voyage pour libérer l'Iran et ses habitants. Cela fait 11 ans aujourd'hui ; Je suis à nouveau sur la voie de ma reconstruction, cette fois-ci afin de reconstruire l'avenir de l'Iran, en particulier pour ses femmes et ses filles. Je ressens fièrement et expérimente mon nouveau chemin parmi les autres femmes Mojahedin. Je sais que mes parents ont trouvé la lettre que j'ai laissée derrière moi, mais au moment où nous avons quitté l'Iran, personne n'était au courant de notre décision. Aujourd'hui, je suis plus déterminé que jamais , plus forte et fière de la décision que j'ai prise et du chemin que j'ai choisi. Et je suis confiante qu'une nouvelle forme d'amour s'est développée dans le cœur et l'esprit de mes parents, ce qui nous rapproche beaucoup plus dorénavant c'est notre amour pour un Iran libre.

Partagez

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn