Commission des Femmes

Nous pensons que les femmes sont la force du changement. Nous croyons dans l’égalité complète entre les femmes et les hommes dans les domaines politique, social et économique. Nous sommes la voix des femmes de l’Iran.
Nous menons de très nombreuses activités avec les femmes à travers le monde et maintenons un contact permanent avec les femmes à l’intérieur de l’Iran. Nous sommes engagées dans le combat contre les violations des droits des femmes en Iran.

Date de naissance: 23 janvier 1983A : TéhéranÉducation: étudiante en théologie à l'université Azad de Téhéran - NordDate du martyre: 20 juin 2009Lieu du martyre: Téhéran, AmirabadDe quelle manière : tuée par un tireur d'élite

 

Le 20 juin 2009, au plus chaud des manifestations qui ont suivi la farce électorale des mollahs en Iran, une jeune femme est abattue par un tireur d'élite en civil.Comme l'a déclaré Amnesty International, Ali Khamenei a donné le feu vert la veille dans les prières du vendredi 19 juin 2009 aux gardiens de la révolution (pasdaran), aux miliciens du Bassij et à la police pour réprimer les manifestants.La mort de Neda enregistrée sur un téléphone portable ont fait le tour du monde. Depuis, le visage de Neda qui est morte les yeux ouvert, est devenu le symbole de l'insurrection des Iraniens en 2009 contre la tyrannie des mollahs et a ouvert les yeux au monde sur la réalité en Iran.Selon le magazine Time, ces images de Neda sont « probablement la mort la plus vue de l'histoire de l'humanité ».En fait, qui était Neda ? Pourquoi était-elle descendue dans la rue pour rejoindre les manifestants ? Que voulait-elle ?Neda Agha Sultan est née le 23 janvier 1983 dans une famille de classe moyenne à Téhéran. Elle a étudié la théologie à l'université Azad de Téhéran, mais a arrêté ses études en raison des pressions exercées par les responsables de l'université pour la contraindre à observer le code vestimentaire obligatoire. Par la suite, elle a commencé à apprendre la langue et la musique turques, en privé. Elle jouait du violon.Sa mère, Hajar Rostami, parle de sa fille : « Neda voulait vivre libre. En tant que femme, elle recherchait des libertés sociales et une vie humaine. Elle a toujours dit que les hommes et les femmes ne sont pas différents. Ils sont égaux. Pourquoi est-ce qu’en Iran les droits des hommes et des femmes ne sont pas les mêmes ? Quelle est la différence entre un homme et une femme ? Pourquoi dois-je porter le voile obligatoire parce que je suis une femme et pourquoi mes droits sont piétinés par la loi ?« Neda a quitté la fac parce qu'elle refusait l'obligation de porter le voile à l'université.

 Elle disait sans arrêt : Pourquoi devrais-je porter le chador dans un environnement de femmes. Pourquoi devrais-je toujours faire attention à ce que je porte quand je sors. Pourquoi devrais-je me sentir stressée quand je vais à une fête et redouter un raid surprise et d’être arrêtée ? Neda s'intéressait à l'égalité des femmes et des hommes. Elle voulait la liberté.Bien que Neda n'ait pas voté, elle est sortie le 20 juin 2009 pour manifester contre les résultats frauduleux.Hamid Panahi, son professeur de musique, était avec elle ce jour-là et ils avaient quitté la maison ensemble pour se joindre aux manifestants. Il a déclaré que Neda n'était pas une militante politique, mais qu’elle était contrariée par le résultat des élections. Sa famille et son fiancé lui avaient demandé de rester chez elle, mais elle leur a dit qu'elle ne craignait pas la mort.La mère de Neda a déclaré à cet égard: « Depuis le 15 juin, plusieurs personnes ont été tuées. Cela a eu un impact très vif sur Neda. Elle avait changé de caractère. »Mme Rostami a ajouté: « Le samedi, il était presque 3 heures quand elle s'est habillée pour quitter la maison. Je lui ai demandé de ne pas partir parce que (les forces de sécurité) avaient reçu l'ordre de tirer (sur les manifestants). Mais elle a dit: Je ne suis pas différente des autres jeunes. Ils ont aussi des parents. Je l’ai suppliée de ne pas partir parce que c'était très dangereux, mais elle n'a pas écouté et elle est partie. »Ainsi, c’est son amour pour la liberté qui a mené Neda à se rendre dans les rues le 20 juin 2009 pour demander justice au prix de sa propre vie.Neda aimait la liberté. Elle était remplie de joie. Elle voulait un pays où les femmes pourraient jouir de leurs droits égaux, où les femmes et les filles pourraient utiliser leur potentiel pour construire leur pays et l'aider à avancer, un pays où la musique, le bonheur et l'amour ne seraient pas interdits et illégaux. En un mot, Neda portait les vœux et les rêves interdits aux femmes et à tout le peuple iranien sous la dictature religieuse.C'est pourquoi Neda s'est transformée en symbole de la rébellion des femmes contre les injustices des mollahs misogynes. Sa mort a envoyé un message fort au peuple iranien et au monde : « Neda est morte avec les yeux ouverts; Honte à nous si nous vivons et fermons les yeux. »

Partagez

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn