Commission des Femmes

Nous pensons que les femmes sont la force du changement. Nous croyons dans l’égalité complète entre les femmes et les hommes dans les domaines politique, social et économique. Nous sommes la voix des femmes de l’Iran.
Nous menons de très nombreuses activités avec les femmes à travers le monde et maintenons un contact permanent avec les femmes à l’intérieur de l’Iran. Nous sommes engagées dans le combat contre les violations des droits des femmes en Iran.

Zahra Bijanyar avait 24 ans et était enceinte de deux mois lorsqu'elle a été arrêtée. Elle a été condamnée à 10 ans de prison pour son soutien à l'OMPI. Trois mois après son arrestation, elle a eu une perte de grossesse sous la torture.

Elle a été détenue dans un département de la prison de Ghezel-Hesar à Karaj (40km à l’ouest de Téhéran), appelé « section résidentielle » où elle a été violée et torturée à maintes reprises, indique sa sœur, Zohreh Bijanyar.

"Elle était complétement abattue", dit Zohreh jointe au téléphone par l'intermédiaire du traducteur Ali Zia. "Elle avait perdu la vue sous la torture et elle avait été tellement tabassée qu’elle était méconnaissable. Elle marchait très difficilement, tellement elle avait été fouettée aux plantes des pieds. "

Bijanyar avait passé sept ans en prison avant le massacre de 1988. Personne n'aurait pu imaginer ce qui se déroulait à l'intérieur des murs des prisons iraniennes cet été-là, jusqu'à l'arrivée des premières nouvelles sur les massacres.

"J’ai vu ma sœur pour la dernière fois, le 18 juillet 1988, a été la dernière fois que j'ai vu ma sœur, où elle m'a dit que quelque chose de louche était en train de se produire", dit Zohreh.

"Les visites des détenues ont été interdites après cette date. Ma famille passait tous les jours des heures devant les portes de la prison dans l’espoir d’avoir l’autorisation de rencontrer sa fille. "

Ce n'est qu'en novembre 1988 que sa famille a appris que Zahra Bijanyar avait été exécutée.

Extrait d'un article de Violet Rusu, "Vivre avec l'héritage d'un massacre"

 

Partagez

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn